Chaudière : comparatif gaz, fioul et granulés

Aujourd’hui, le cœur de la maison n’est plus la cuisine mais bel et bien, la chaudière qui assure un foyer chaleureux. Difficile pourtant de s’y retrouver parmi tous les modèles disponibles sur le marché : au gaz, au fioul, ou à granulés, on s’y perd. Faisons le bilan comparatif de ces trois types de chaudière.

Chaudière à gaz : la plus populaire auprès des français

Simple d’utilisation, la chaudière à gaz est compatible avec plusieurs appareils de régulation. La chaudière brûle le gaz pour recueillir l’énergie de la combustion, servant  à alimenter le circuit de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Les chaudières à gaz à basse température diffèrent de la version classique par la température de départ qui est limitée à 40°C. Quant à la chaudière à gaz à condensation, la récupération d’une chaleur latente permet un meilleur rendement. Ce dernier modèle est le standard en termes de chauffage au gaz. La chaudière à gaz fait partie des modèles les plus utilisés par les ménages français. Bien que nécessitant le recours à un professionnel, l’installation d’une chaudière à gaz est assez rapide et abordable.

 

Chaudière au fioul : le modèle traditionnel

Une chaudière au fioul fonctionne en chauffant l’eau à l’aide d’un brûleur qui brule le fioul. Cette eau est diffusée dans les radiateurs à eau chaude ou dans le réseau pour le chauffage au sol. Elle sert également à chauffer l’eau sanitaire. La chaudière au fioul se décline en plusieurs modèles : à basse température, à condensation, fermée ou étanche, ouverte  ou atmosphérique, à production d’eau chaude à accumulation, à production d’eau chaude à micro-accumulation et à production d’eau chaude instantanée. Il est toujours conseillé de laisser un professionnel s’occuper de l’installation d’une chaudière au fioul pour des raisons de sécurité et pour pouvoir être conseillé sur les réglages nécessaires ou encore l’emplacement idéal.

 

Chaudière à granulés : le choix écolo

La chaudière à granulés de bois fonctionne en brûlant des pellets pour chauffer l’eau qui sera diffusée dans les radiateurs ou qui servira pour l’eau chaude sanitaire. Les calories de la combustion sont  transférées à l’eau suivant le même principe que la chaudière à gaz ou au fioul. L’eau chaude produite est alors stockée dans un ballon puis injectée dans le circuit de chauffage. Une alimentation en pellet est entièrement automatisée grâce au dispositif de silo de stockage relié à la chaudière. On installera de préférence une chaudière à granulés de bois dans un endroit aéré, tandis que le ballon d’eau chaude doit être bien protégé du froid. Quant au silo de stockage, il doit être constitué d’une matière textile résistant ou en métal et sera placé à proximité de la chaudière à granulés. Pouvant être de très grande taille, certains foyers aménagent une pièce à part pour entreposer le silo.

 

Bilan : le choix de chacun

Les chaudières se ressemblent en principe mais ne se valent pas. A chacune ses avantages et ses inconvénients d’utilisation.

La chaudière à gaz présente l’avantage d’avoir deux types de combustibles (gaz naturel et propane), d’être un équipement pratique présentant un excellant confort et performances thermiques et ne requiert que très peu d’entretien. Elle est toutefois potentiellement encombrante et le gaz constitue un combustible polluant à effet de serre.

Quant à la chaudière au fioul, le combustible est accessible tant au niveau des prix qu’en approvisionnement et l’entretien et le nettoyage sont limités à une seule fois à l’année. Le fioul est par contre une énergie fossile et son stockage constitue un véritable casse-tête pour les ménages.

La chaudière à granulés gagne ainsi du terrain en utilisant le combustible à énergie renouvelable qui est le moins cher du marché. Elle offre un rendement élevé tout en assurant un chauffage optimal du foyer. La chaudière à granulés constitue toutefois un important investissement initial et requiert un entretien régulier obligatoire.