Lettre de relance pour facture impayée

Pour développer les activités et accroître leur réseau en B2B, les entreprises doivent prendre le risque de proposer le crédit à la clientèle. Aussi, les impayés sont devenus quasiment courants au sein d’une société. Bien qu’il soit parfois difficile d’échapper à la situation, il est tout à fait possible de limiter ses impacts en faisant preuve d’un maximum de vigilance. Quelques techniques à adopter pour venir à bout du problème

Connaitre le client
Autant que possible, il est toujours préférable de réserver le crédit aux clients fidèles. Toutefois, lorsqu’il faut collaborer avec une nouvelle venue, il est important de mener une enquête en profondeur sur la santé financière de l’entreprise pour en déterminer sa solvabilité. Pour ce faire, il suffit d’effectuer des recherches sur sa réputation en passant notamment par le portail en ligne du RCS. Afin d’avoir des compléments d’information, on peut s’adresser directement à la banque, le service des hypothèques et les cabinets indépendants de renseignements commerciaux, qui disposent des outils nécessaires pour vérifier le sérieux d’une société.

Des écrits clairs

Puisque même les prestataires habituels peuvent un jour tomber dans l’irrégularité, il est essentiel de mettre l’accent sur l’écriture du contrat ainsi que les autres documents afin d’éviter de devoir rédiger une lettre de relance pour facture impayée. Ces quelques éléments sont importants pour servir de pièces justificatives en cas de litige :
– Le bon de commande ou le devis avant la prestation
– Le bon de livraison ou la facture
– Un contrat mentionnant les conditions de vente et les éventuelles pénalités de retard, les garanties de payement et les clauses résolutoires.
Pour être valide, chacune des pièces doit être dûment signée par le créancier et l’entreprise débitrice.

Que faire en cas de différend

Si malgré toutes les prises de précautions un client s’abstient de payer ses dus, il est préférable d’opter pour une négociation à l’amiable. Pour cela, il ne faut pas hésiter à renvoyer une lettre de relance pour facture impayée deux ou trois fois afin de faire preuve de bonne foi.
Lorsque les accords n’ont pas porté leur fruit, il faut saisir la justice. Les procédures d’injonction de payer sont généralement rapides lorsque les documents sont clairs et que l’entreprise ait déjà tenté une négociation à l’amiable. À l’issue de la démarche, les autorités émettent un titre exécutoire qui autorise la saisie des biens en vue de régler les créances.

Particularité des payements par chèque

Les impayés par chèque doivent être pris en charge dans un délai de 1 mois maximum. Donc, puisqu’il faut agir vite, dès que le chèque n’est pas valide, on commence par demander un certificat de non-paiement à la banque. On signifie ce certificat à la société débitrice par voie d’huissier. Lorsque ce dernier n’a pas reçu un chèque de rechange, les procédures judiciaires doivent être entamées dans les 15 jours qui suivent la signification.