La nécessaire réglementation de la vie en entreprise

La notion de liberté se développe à une telle ampleur de nos jours qu’il devient source de conflit quotidien. Pour son plein développement, l’être humain doit pourtant respecter la liberté des autres. La loi établit les limites des droits et libertés de chacun dans la société. Dans un groupe de personne, il est nécessaire donc d’établir des règles. Le droit du travail transpose la liberté publique au sein du lieu de travail. Il harmonise et réglemente les relations entre employeurs et employés. Aussi il est important pour chaque individu de connaitre ses droits en matière de législation du travail, mais également ses obligations.

Un code très épais, et une législation alambiquée

Mais maîtriser le Code du travail relèvent parfois de l’inconcevable pour la plupart des salariés. D’un côté, la raison se trouve dans le fait que ce code referme plus de 8000 dispositions législatives. Et l’on se décourage facilement à feuilleter ces milliers de feuilles, sauf si l’on se passionne pour la matière. De l’autre, non seulement ces articles sont longues, mais elles regorgent aussi de termes techniques appartenant aux jargons des juristes. La meilleure chose à faire en cas de problème lié à ses droits et obligations reste la consultation d’Avocats spécialiste en droit du travail. Ce professionnel nous débarrasse de l’énorme tâche d’interpréter cette réglementation sociale et économique assez fournie. Par ses conseils, il nous évite de commettre de faux pas pouvant causer la perte de nos emplois ou remettre en cause notre responsabilité d’employeur. Les avocats modernes encouragent fortement les règlements à l’amiable.

Protection du salarié, protection de l’économie

Les salariées représentent la plus grande partie des acteurs de la vie économique. Nous pouvons même les considérer comme les véritables moteurs de la production tant nationale que communautaire, voire même mondiale. En effet, le droit du travail moderne s’instaure comme une véritable arme législative aux mains du salarié, et dans une autre mesure de l’employeur. Cela s’explique par des raisons économiques. Ce droit est le fruit d’une lutte constante, et toujours d’actualité, entre les groupes de salariés et les groupes d’employeurs (syndicats, GIE…). Mais il arrive qu’il soit instrumentalisé par les politiques tant il subit des réformes successives qui, en fin de compte, compliquent des règles déjà complexes. Ce fut le cas des trois lois majeures adoptées par le Parlement durant ce mandat présidentiel. Ces réformes visaient la simplification du Code du travail. Nous constatons en fait que l’adoption de ces lois produisit l’effet inverse.