Partir à l’exploration du troisième pays le plus visité du monde

Depuis que la Chine a accueilli l’Exposition Universelle de 2010, elle s’est hissée au troisième rang des destinations touristiques mondiales. Cet événement a eu lieu à Shanghai, la première ville à explorer. Elle possède beaucoup de lieux d’intérêts comme le Musée de Shanghai, où la visite est gratuite.

D’étage en étage, les voyageurs admireront de riches collections de meubles, des sculptures, d’anciennes monnaies, des céramiques, des sceaux chinois ou des objets en jade. Ils visiteront également la tour Jimmao, haute de plus de 400 mètres et offrant une vue imprenable sur le quartier d’affaires de Lujiazui à Pudong. Par ailleurs, ils iront au temple du Bouddha de jade qui fut construit en 1882 pour abriter les deux statues en jade importées de Birmanie par la mer. Pour aller d’un site à un autre, les flâneurs ont le choix entre les types de transports en commun suivants : bus, métro, ferry et Maglev. Les meilleures périodes pour visiter la ville se situent entre fin avril et début juillet et début septembre jusqu’à fin octobre.

Découvrir la « grande muraille sauvage » de Pékin

L’Empire du Milieu, une contrée accessible à tous, offre toutes les opportunités de vivre une aventure inoubliable. Une randonnée sur la grande muraille s’avère incontournable pour les vacanciers qui souhaitent voir de somptueuses architectures comme des tours de forteresse, des guets ou des remparts. La balade commence sur la Place Tiananmen avant de se diriger vers la Grande Muraille de Huangyaguan où on a l’opportunité de visiter des tombeaux Qing de l’Est.

Ensuite, on met le cap sur la Grande Muraille de Jinshanling qui offre une vision sublime sur les alentours. Après, les randonneurs iront jusqu’au tronçon de Smatai pour côtoyer ses ruines authentiques avant de rejoindre le Tour de guet général de Gubekou. De là, ils se mettront en route vers un petit village au flanc de Huanghuacheng où ils passeront la nuit chez l’habitant. Le lendemain, les excursionnistes partiront vers l’ouest pour Xishuiyu qui est doté d’une falaise au sommet duquel ils apercevront le réservoir de Huanghuacheng. Ils termineront leur parcours à la Grande Muraille de Mutianyu, un ouvrage monumental de défense de la Chine antique.

Et que découvrir à l’extrême ouest du pays ?

Xinjiang, la plus grande province de Chine, est connue pour ses vestiges archéologiques bouddhistes ou turcs et son artisanat : tapis, couteaux ou vêtements. Elle est aussi célèbre par son paysage de déserts et de plaines arides, très apprécié des amateurs d’ascension et de grands treks à dos de chameaux. Aucun touriste ne peut s’empêcher de lever le regard pour contempler le dôme enneigé du Muztagata, 7 546 mètres, le plus haut sommet de la Chine. Nul autre ne peut se priver de goûter la cuisine ouïghoure, très réputée au Xinjiang et appréciée dans toute la Chine, à l’instar du fameux « undapanji ». Il s’agit d’un ragoût inventé à Shawan, au nord de Xinjiang, par un migrant de Sichuan. Ce dernier aurait mélangé des poivrons chauds avec du poulet et des pommes de terres pour essayer de reproduire un goût du Sichuan.